Architecture Maltaise

Introduction a l'architecture Maltaise

La visite des monuments architecturaux de Malte est un voyage à travers l'histoire diverse et passionnante des îles maltaises. Chaque bâtiment historique étant la preuve du passé fascinant de Malte. Les « témoins en pierre » – des temples préhistoriques aux majestueuses églises baroques, perpétuent l'histoire.

Les grandes structures des temples en pierre de Malte sont parmi les plus anciennes constructions au monde, bien avant qu'aient été construites les pyramides d'Egypte. Construits entre 3 500 et 2 500 avant JC, les temples reflètent une période de grand développement artistique et architectural à Malte et à Gozo, dont ils font partie intégrante. Qu'ils soient en surface ou souterrains, tel l'hypogée Ħal Saflieni, il est difficile d'imaginer comment l'homme primitif a pu mettre en place ces énormes rochers, ne se servant que d'outils rudimentaires. En effet, le temple de Gozo allait être connu sous le nom de « Ggantija », car l'on pensait qu'il avait été construit par des géants.

La période romaine introduisit des sols en mosaïque très décoratifs, des colonnades en marbre et des statues de style classique, dont des vestiges sont magnifiquement conservés et présentés dans le « Domus Romanus », maison de ville romaine située juste à côté des murs de Mdina. Une grande villa située à l'extérieur de Zejtun témoigne de la sophistication architecturale introduite à Malte par les Romains. Elleest encore aujourd'hui excavée par desarchéologistes.

Peu de l'architecture médiévale de Malte a survécu au temps, en raison de réaménagements de modernisation et du tremblement de terre de Messine de 1693 qui détruisit de nombreuses maisons de style pré-baroque de Mdina. Néanmoins, l'on trouve encore aujourd'hui des vestiges de l'architecture normande dans les grandes maisons construites dans le style « Chiaromonte » importé de Sicile ; des traces de ce style étant toujours perçues dans les cadres pointus des portes et fenêtres de maisons plus modestes de Mdina. Plusieurs chapelles situées sur des chemins de passage dans la campagne maltaise remontent à cette période.

Le mouvement baroque fut toutefois destiné à avoir l'impact le plus durable sur l'architecture et l'art maltais.

Malte fit face à un tournant de son histoire architecturale lorsque les Chevaliers de St Jean occupèrent l'île en 1530. Pour la première fois, des styles architecturaux européens furent introduits à grande échelle à Malte. Aidé par des ingénieurs et architectes italiens, l'Ordre de St. Jean fonda en 1566 la capitale actuelle de Malte, La Vallette, et construisit les impressionnantes fortifications autour du Grand Port.
 
Le premier architecte maltais, Gerolamo Cassar, fut envoyé pour un voyage d'étude à travers l'Italie pour concevoir l'église conventuelle de l'Ordre, la Co-Cathédrale de St Jean, le Palais du Grand Maître, ainsi que les auberges pour les différentes langues de l'Ordre à La Vallette.
 
Toutefois, le premier boum de la construction subit un fort ralentissement lorsque les Chevaliers de St Jean se retrouvèrent à court d'argent, ayant trop investi avec les fortifications extrêmement coûteuses et la construction de La Vallette. Lorsque l'économie se redressa à la fin du 17ème siècle, Malte bénéficia d'un second boum de construction avec des architectes, tels Charles François de Mondion et Romano Carapecchia, que l'on fit venir pour adapter le style « mannerist » ordinaire des premiers bâtiments de la Vallette au style baroque plus orné. Une grande partie de Mdina, détruite lors du tremblement de terre de 1693, fut également reconstruite dans le style français baroque autocratique de cette période.

L'architecture de la période britannique de Malte réussit très efficacement à adapter le classicisme anglais à la pierre calcaire de Malte. Cette période vit la construction de beaux édifices publics, tels des écoles et des hôpitaux, ainsi que de nouvelles villes, telle Mtarfa, des églises telle la cathédrale anglicane de St Paul et trois cimetières, chacun dans un style différent, par le grand architecte E.L. Galizia, ainsi que la majestueuse Royal Opera House par E. M. Barry. Les maisons, particulièrement dans de nouvelles villes comme Sliema, furent influencées par des tendances victoriennes : ajout de baies vitrées et d'ornementations Art nouveau et Art déco.

L'architecture actuelle de Malte tente d'associer, avec plus ou moins de succès, le style local vernaculaire au style moderne. La pierre calcaire maltaise reste encore aujourd'hui le matériau de construction préféré dans les îles, offrant aux bâtiments leur couleur miel typique. Les vieux bâtiments sont de plus convertis afin d'être utilisés à des fins différentes, tel le Biagio Steps, ancienne partie des fortifications des Chevaliers transformée en un musée interactif sur la construction des forteresses.