Introduction a l'histoire Maltaise

Les Iles maltaises composées de Malte, Gozo et Comino, sont situées dans l'étroit canal joignant les bassins est et ouest de la Méditerranée, à 97 km au sud de la Sicile et 290 km au nord de la Tunisie. La superficie des îles maltaises n'est que de 316 km². La plus grande île, Malte, possède de nombreux ports naturels lui permettant d'avoir une importance stratégique en Méditerranée. Le gouvernement de Malte a de ce fait toujours été en mesure d'influencer les événements en Méditerranée.
 
En raison de cette influence, les îles furent occupées successivement par les Phéniciens, les Romains, les Byzantins, les Arabes, les Normands, les Souabes, les Angevins, les Aragonais, les Castillans, L'Ordre de St. John, les Français et les Anglais. En 1964, Malte gagna finalement son indépendance.
 
On ne connaît pas grand chose des habitants préhistoriques de Malte, en dehors du fait qu'ils venaient du Nord et trouvèrent Malte adaptée à la construction de grands temples mégalithiques. Ils creusèrent d'énormes hypogées (temples souterrains) dans la roche tendre de Malte et développèrent un art et une façon de sculpter inégalés à leur époque et pour de nombreux siècles à venir en Europe de l'Ouest.

La présence des Phéniciens et des Carthaginois à Malte permit aux îles maltaises de s'ouvrir à un commerce étendu, commerce qui s'accru sous les Romains, qui établirent des communautés florissantes à Malte, construisant des complexes sophistiqués et offrant aux îles leur culture et leur prospérité.

Après trois siècles de domination byzantine, Malte fut conquise par les Musulmans en 870 après JC. Après une période de désolation, l'ancienne ville de Mdina fut reconstruite au 11ème siècle. Peu de choses restent de cette période en dehors de la langue sémitiquede Malte.

Après que Malte eut changé de mains à plusieurs reprises, l'Ordre des Chevaliers de St. John arriva à Malte en 1530, et en 1565 Malte fut assiégée pendant trois mois par une armada turque, notoirement connu comme le « Grand Siège de Malte ». La victoire de l'Ordre des Chevaliers marqua un tournant dans l'expansion turque en Europe et en Méditerranée.

Grâce à cette victoire âprement disputée et sanglante, l'Ordre des Chevaliers et Malte devinrent célèbres dans toute l'Europe. Se rendant compte qu'ils devaient sécuriser l'île contre de futures attaques, les Chevaliers décidèrent alors de construire une ville-forteresse sur la péninsule surplombant le Grand Port de Malte. La ville fut baptisée La Vallette, comme le nom du Grand Maître, Jean Parisot de Valette, vainqueur duGrand Siège de 1565, et devint la capitale de Malte en 1566. La Vallette est aujourd'hui renommée pour ses palaces et églisesbaroques.

Après le Siège, Malte amorça son deuxième âge d'or. Au cours des 17ème et 18ème siècles, la population de l'île fleurit, les villes et les villages se développèrent et furent enrichis de villas, de palaces et d'églises. Une classe de marchands de grande notoriété firent du commerce avec l'étranger et les arts s'épanouirent dans les demeures des gens fortunés et des églises. Cet âge d'or prit fin soudainement dû à la Révolution anti-aristocratique française, qui saisit les propriétés de l'Ordre en France, limitant ses fonds et ses fonctions. Le coup de grâce survint le 13 juin 1798 lorsque Napoléon Bonaparte rendit Malte français.

Irrités par la brutalité et le pillage des soldats révolutionnaires français, les Maltais ne purent accepter les réformes radicales pour « libérer le peuple du féodalisme » imposées par les nouveaux dirigeants. La révolte éclata dans les trois mois forçant les forces françaises à battre en retraite derrière les fortifications massives de La Vallette et des trois villes portuaires de Cospicua, Vittoriosa et Senglea. Les leaders maltais de la Révolte firent appel à leur roi légitime, Ferdinand, roi des deux Siciles et successeur de Charles Quint, afin qu'ils les aident à chasser les occupants français. Ferdinand demanda à l'amiral britannique en Méditerranée, Horatio Nelson, d'aider ses loyaux sujets, ce qui entraîna le blocus terrestre et maritime de la Valette et des villes portuaires pendant deux ans au cours desquels de nombreux Maltais moururent.

La diplomatie britannique et les tractations douteuses conduisirent certains des leaders de la Révolte à demander la protection britannique, ce qui fut rapidement accepté en 1802. Douze ans plus tard, le Traité de Paris légalisa la possession de Malte par la Grande Bretagne et au cours des 150 années qui suivirent, Malte fut une colonie britannique en Méditerranée, la base de sa puissante flotte et d'une importante garnison (troupes de soldats).

A la grande déception des Maltais, les Anglais imposèrent un régime autocratique avec un gouverneur britannique à sa tête. Les Maltais se lancèrent bientôt dans une lutte politique pour l'autonomie, lutte inégale, marquée par des emprisonnements, des déportations et suspension répétée du gouvernement démocratique, qui fut finalement accordée en 1921.

Le caractère militaire de l'île devint plus fort en temps de guerre. Au cours de la 1ère guerre mondiale, Malte agit comme « L'infirmière de la Méditerranée » recevant des milliers de soldats blessés, en particulier ceux de la campagne de Gallipoli ayant échouée. Pendant la 2ème guerre mondiale, Malte fut au centre de la bataille pour le contrôle de la Méditerranée entre les forces italiennes et allemandes en Italie et en Afrique du Nord et la 8ème armée britannique soutenue par Malte. L'île fut de loin la plus bombardée de toute l'Europe, souffrant de la famine et de lourdes pertes tant militaires que civiles. Toutefois, sa résistance courageuse fut reconnue par l'attribution de la George Cross, la plus importante médaille civile de la Grande Bretagne. Une fois de plus, la résistance des îles se révéla être le tournant d'une guerre européenne.

En 1964, Malte devint un état souverain indépendant, renforcé par une industrie basée sur les chantiers navals et une solide structure éducative, sanitaire et administrative. L'influence britannique, la culture et la guerre ont totalement changés Malte et les Maltais. L'anglais remplaça l'italien en tant que langue de la culture, le maltais devenant la langue nationale du nouvel état insulaire qui devint une république en 1979. En mai 2004, Malte devint membre de l'Union Européenne et en janvier 2008, membre de la zone Euro.